Make your own free website on Tripod.com

Samydoc Retour à la page d'accueil

Rhumatologie pour tous

Une contribution pour expliquer la rhumatologie, spécialité médicale traitant des maladies des os et des articulations


Google
Web Rhumatologie pour tous




Rhumatologie est un site produit par Dr El Meddeb SamyBéja, Tunisie.
Hit-Parade


 
  
Névralgie cervico-brachiale
La névralgie cervico-brachiale associe une douleur cervicale et une douleur radiculaire du membre supérieur (comme une sensation de lourdeur, ou une douleur électrique, ou d'autres types de douleur), selon un des territoires d'une racine nerveuse , essentiellement les racines C6, C7 ou C8, plus rarement D1 ou C5.

La névralgie cervico-brachiale est due à une compression ou à une irritation d'une racine nerveuse. Dans environ 85% des cas, la souffrance radiculaire est la conséquence plus ou moins directe de la détérioration du disque et/ou des articulations inter-apophysaires. Dans les 15% restants, la névralgie cervico-brachiale est due à une affection tumorale, infectieuse ou à un traumatisme.

La racine nerveuse sort du sac dural (qui contient la moelle épinière ) au contact du corps vertébral, puis croise le disque en regard de la fente unco-vertébrale, puis de la face externe de l'uncus. Elle chemine ensuite au plancher du canal de conjugaison, sur le pédicule et sur l'apophyse transverse, en avant de l'apophyse articulaire et croise par en arrière l'artère vertébrale, pour aboutir à la face latérale du cou dans la région rétroclaviculaire et franchir le défilé thoraco-brachial.

La compression radiculaire peut être due
* à une hernie discale molle comme dans la sciatique commune, par issue au niveau de la fente, de substance discale du nucléus pulposus. Cette lésion est relativement rare et se voit surtout chez les sujets jeunes.
*à l'arthrose unco-vertébrale, qui réalise un nodule disco-ostéophytique constitué de la substance discale dégénérée, comprise entre les productions ostéophytiques unco-vertébrales. Ce nodule fait saillie à l'entrée du canal de conjugaison.
Les mécanismes de l'irritation radiculaire comportent des éléments de compression associés à des phénomènes inflammatoires réactionnels. L'inflammation et la compression peuvent retentir sur la circulation dans l'artère radiculaire ajoutant un facteur vasculaire de souffrance radiculaire.

Le patient ressent une douleur cervico-brachiale. Le début souvent brusque, parfois progressif, plus rarement en 2 temps, d'abord une douleur cervicale puis une douleur radiculaire du membre supérieur.  La douleur cervical se projette en arrière à la face postéro-latérale du cou, dans la région interscapulo-vertébrale. La douleur radiculaire descend dans le membre supérieur selon une topographie qui dépend de la racine intéressée:
- C5: face antéro-extene de l'épaule et de la partie supérieure du bras.
- C6 (la plus courante): face antéro-externe du bras, de l'avant bras, de la main vers la pince pouce-index.
- C7 face postérieure du bras, de l'avant bras, de la main et des doigts.
- C8: face interne du bras de l'avant bras vers le cinquième doigt.
- D1: complète habituellement le territoire C8 à la face interne de la partie haute du bras et la région axillaire du thorax.
Parfois des paresthésies complètent le territoire radiculaire.

L'intensité de la douleur est souvent pénible à maximum nocturne, mais parfois dramatique, suraiguë. 

L'examen du patient montre souvent une diminution de la mobilité du rachis cervical alors que la mobilité de l'épaule est conservée non douloureuse.
Parfois une attitude antalgique du rachis cervical est notée.
La pression axiale sur le vertex (le sommet de la tête) assez forte et prolongée, peut entraîner l'exagération de la douleur que soulage au contraire une traction axiale douce. La mise au abduction du bras, combinée à une rétro pulsion rotation externe, puis supination de l'avant-bras, réveille la douleur radiculaire.
Un réflexe ostéo-tendineux peut être diminué ou aboli dans le territoire correspondant. Le médecin recherchera aussi un déficit moteur (manque de force d'un mouvement donné), ainsi que d'autres signes neurologiques plus spécifiques (comme le syndrome de Claude Bernard Horner).

Le médecin demandera par la suite des radiographies, voire un scanner ou un IRM pour rechercher la cause (surtout les fameux 15% qui sont d'autres causes: tumorales et infectieuses surtout à ne pas "rater".)

Le traitement de la névralgie cervico-brachiale commune est avant tout médical, et doit être prolongé et bien conduit, avec un bon soutien psychologique, le temps d'arriver à la sédation de la douleur. En cas de ncb "secondaire" tumorale ou infectieuse, le traitement de la cau0se sera associé au traitement symptomatique.


 
Samydoc Retour à la page d'accueil