Make your own free website on Tripod.com

Samydoc Retour à la page d'accueil

Rhumatologie pour tous

Une contribution pour expliquer la rhumatologie, spécialité médicale traitant des maladies des os et des articulations


Google
Web Rhumatologie pour tous




Rhumatologie est un site produit par Dr El Meddeb SamyBéja, Tunisie.
Hit-Parade


 
  
Ostéoporose
L'ostéoporose est une maladie qui ne se révèle qu'à travers ses complications: les fractures. C'est un défaut de quantité ou de qualité de l'os qui finit par entrainer une fragilité anormale. Cette ostéoporose est quantifiée par la densité minérale osseuse.
C'est un peu comme pour l'hypertension artérielle, où le fait de "traiter" des chiffres tensionnels élevés est en fait une prévention des accidents vasculaires cérébraux et cardiaques.
Dans l'ostéoporose, selon des critères précis, on "traite" des densités minérales osseuses basses pour prévenir les fractures du col du fémur, du poignet, et les tassements vertébraux.

En effet, avoir une fracture du col de fémur est une des façons de mourir quand on a 80 ans. Techniquement, la pose d'une prothèse de hanche est un acte bien codifié et souvent réussi, mais ce qui entoure l'acte peut être source de complication parfois mortelles: l'allitement d'une personne agée, les escarres, les phlébites, la perte d'autonomie, la perte de la mobilité...

Et donc, il faut prévenir, prévenir, en augmentant la masse osseuse, et la qualité de l'os, pour diminuer statistiquement les chances de fracture, et celà dans une proportion qui peut aller jusqu'à 65% des patient(e)s traités actuellement.

Définition clinique de l'ostéoporose

L'ostéoporose est un concept statistique (un peu comme l'hypertension), définie par les variations du T score (qui correspond à des écarts-types par rapport à une population standard) de la densitométrie osseuse. Si le T score est inférieur à -2,5 on parle d'ostéoporose, s'il est entre -1 et -2,5, on parle d'ostéopénie.

Là commencent les difficultés:
-Cette définition ne tient pas compte de la qualité de l'os, mais seulement de la quantité.
-Le T score varie d'une pièce osseuse à l'autre chez le même individu. Par exemple, souvent il est différent entre le col du fémur et le rachis lombaire, et même différent entre les différentes vertèbres lombaires.

D'autre part, il faut tenir compte du terrain sur lequel se développe l'ostéoporose:
- La femme ménopausée chez qui la masse osseuse diminue rapidement d'une année à l'autre, et qui représente le gros des effectifs concernés par l'ostéoporose.
- L'homme dont la masse osseuse diminue progressivement avec l'âge, et qui finit par être concerné, mais plus tard.
- Le sujet jeune qui a souvent une autre pathologie sous jacente.

Pour des motifs essentiellement financiers, les laboratoires pharmaceutiques ont étudié surtout l'ostéoporose post-ménopausique. En effet, les autorités règlementaires aux USA et en Europe ont placé la barre assez haut en demandant aux laboratoires de démontrer non pas l'efficacité en terme de densité osseuse, mais l'efficacité en terme de prévention de fractures, ce qui demande des années de traitement sur de gros effectifs de patientes, pour pouvoir tirer des conclusions statistiques pertinentes, et obtenir le fameux sésame, "l'autorisation de mise sur le marché".
Ainsi, l'indication type qui a été développée est "la prévention secondaire chez la femme ménopausée ostéoporotique", ce qui est relativement mesquin, une femme doit se fracturer pour avoir droit à son traitement.
C'est comme si on attendait l'accident vasculaire cérébral pour traiter une hypertention artérielle...

Quels sont les traitements actuels de l'ostéoporose?
Ostéoporoses iatrogènes

 
Samydoc Retour à la page d'accueil