Make your own free website on Tripod.com

Samydoc Retour à la page d'accueil

Rhumatologie pour tous

Une contribution pour expliquer la rhumatologie, spécialité médicale traitant des maladies des os et des articulations


Google
Web Rhumatologie pour tous




Rhumatologie est un site produit par Dr El Meddeb SamyBéja, Tunisie.
Hit-Parade


 
  
Polyarthrite rhumatoide: Cause, aspects cliniques, traitements
C'est la plus répandue des maladies inflammatoires des articulations.Elle touche plus que 1% de la population, beaucoup plus souvent les femmes de les hommes, et le plus souvent des femmes soit de la trentaine soit de la cinquantaine.

Quelles sont ses causes?

La polyarthrite rhumatoide est d'origine auto-immune. Il y a aussi des facteurs génétiques (donc héréditaires) sous-jacents, ainsi que peut être des facteurs environnementaux (probablement infectieux) qui joueraient le rôle de facteur-gachette de révolver, ou facteur déclenchant.

En résumé, pour une raison X (génétique) et Y (environnementale), il y a une inflammation de la membrane synoviale de certaines articulations, qui finit par passer à la chronicité, et agresser le cartilage et l'os à proximité, entrainant les destructions et les déformations articulaires.

Quelle est la distribution des articulations atteintes?

Elle est caractéristique par les articulations qu'elle touche: surtout celles des pieds et des mains, c'est à dire les petites articulations. La polyarthrite rhumatoide touche donc les articulations interphalangiennes proximales, les métacarpophalangiennes, et les poignets, ainsi que différentes articulations des pieds. Elle touche aussi les coudes, les genoux, les épaules, le cou,les articulations temporomandibulaires, les hanches, mais pas le rachis.

A savoir: les articulations interphalangiennes distales ne sont pas souvent touchées par la polyarthrite rhumatoide, alors qu'elles sont touchées par l'arthrose des mains, qui est une autre maladie.

Donc: tout "rhumatisme" des mains n'est pas toujours une polyarthrite rhumatoide.

Comment évolue "naturellement" une polyarthrite rhumatoide?

Au début, quelques articulations, plutot celles des mains (y compris les poignets) et des pieds, sont atteintes. Ce qui est frappant est surtout le caractère symétrique de l'atteinte. Les articulations touchées font mal la nuit, et sont un peu gonflées et chaudes. Par la suite, d'autres articulations (genoux, coudes, et toutes les autres déja citées...) sont atteintes. Au bout de 6 à 12 semaines, selon les rhumatologues, on parle de polyarthrite chronique, et on évoque en premier lieu la polyarthrite rhumatoide. Par la suite, au fil des mois, et des années, l'inflammation articulaire se pérennise, et finit par déformer les articulations, surtout au niveau des doigts. Les rhumatologues ont un vocabulaire riche pour décrire ces déformations qui entraînent parfois un handicap important dans la vie courante. L'atteinte destructrice des hanches et des genoux, elle aussi, peut être très gênante pour les déplacements.

Comment évolue une polyarthrite sous traitement?

Le traitement peut "blanchir" la maladie. Avec les traitements actuels, s'ils sont bien suivis et si le patient répond bien, parfois il n'y a plus aucun signe de la maladie, aucune douleur, aucun gonflement articulaire. Le patient mène une vie normale, sauf qu'il doit prendre son traitement régulièrement et assurer le suivi médical (ce qui n'est pas toujours évident).

Dans d'autre cas, le malade répond de façon partielle et le médecin essaye divers traitements, l'objectif étant d'avoir une disparition des arthrites. Il est rare qu'un patient ne réponde à aucun traitement, surtout depuis que les possibilités se sont multipliées, avec l'avènement du léflunomide (ayant environ la même activité que le méthotrexate) et des biothérapies.

Bref, au fil des consultations, au fil des discussions avec son rhumatologue, au fil de son évolution, le patient connaîtra mieux sa maladie, le traitement s'ajustera par petites touches, et bien souvent la polyarthrite n'est plus la maldie handicapante qu'elle était.

Bien sûr, en cas de destructions articulaires et de déformations -ce qui arrive le plus souvent quand le patient fait une rupture de traitement, et plus rarement quand le traitement médical est inefficace- la chirurgie, les mesures d'hygiène de vie, les orthéses, la rééducation, l'ergothérapie, prendront le relai du traitement médical, et peuvent permettre une vie quasi-normale.

Suite: le traitement de la polyarthrite rhumatoide

 
Samydoc Retour à la page d'accueil